Ce soir j’emmène un couple d’amis chez Maître Patrick Le Sage, qui s’occupera de continuer l’initiation au BDSM sur la femme du couple. Je lui avais déjà organisé une soirée « découverte » il y a deux semaines (voir article blog du 27 juillet 2020).

Elle a vraiment envie d’en découvrir encore plus. Ce soir elle pourra profiter d’une séance plus longue et plus poussée de la part du Maître, car lors de l’initiation d’il y a deux semaines, le Maître avait fait sa connaissance lors de la soirée. Il ne connaissait ni ses envies ni ses aptitudes.

Il s’occupe bien d’elle et lui fait découvrir pleins de nouvelles sensations. Pour la mettre en condition, il commence par l’emballer dans du cellophane comme un véritable saucisson. De ma propre expérience, je peux vous assurer que c’est très excitant de se faire immobiliser de cette manière. Surtout si ensuite on est « obligé » de subir toute sorte de traitement, comme le vibromasseur extrafort du Maître. Ce n’est que le début, et mon amie a droit à de nombreux traitements plus ou moins intenses par des vibros, des godes … Le Maître est très imaginatif dans la recherche du plaisir de la femme.

Je décide de me mêler aux jeux. Le Maître a l’habitude que je ne demande pas la permission. Je suis l’électron libre. Il approuve d’un hochement de la tête que je joue son assistante. J’empoigne la barre avec une boule placée à son bout pour donner du plaisir à mon amie. Est-ce qu’elle remarque que c’est moi qui tient le jouet, et non le Maître ? Je soupçonne qu’il lui faut quelques instants pour réaliser le changement de main.

Le Maître l’installe sur un godemichet bricolé par ses soins et lui demande de se faire jouir elle-même avec le vibromasseur et ce gode. Je lui caresse en même temps les seins. De la voir prendre son pied de cette façon est super excitant. Je pense que dès maintenant elle ne se doute plus que je suis également présente.

Le Maître continue de la faire jouir avec différents traitements, avant qu’elle n’ait le droit d’enlever son bandeau. La séance est terminée. Elle m’avoue que je la fais frissonner sous mes mains. Je lui dis à mon tour que je continuerai avec plaisir encore. Elle est de suite partante. Je lui demande donc de s’installer sur le divan afin que je m’occupe d’elle avec ma langue et de mes doigts.

Le Maître m’amène un gode-ceinture. Quelle bonne idée ! Je le mets, et je m’occupe aussitôt de ma partenaire de jeu.

Je la baise comme un mec. C’est physique. J’essaie de bien viser les coups et de lui offrir un maximum de plaisir.

C’est génial de m’occuper de cette façon de mon amie. J’aimerais trop avoir des sentiments réels, afin de ressentir ce que peut ressentir un mec quand il baise une femme …

Elle finit par jouir encore une fois. Elle est maintenant épuisée. J’adore cette complicité entre filles, sous les yeux de nos maris et du Maître, amusés par le spectacle.

Moi aussi je suis crevée. Après des jeux avec un gode-ceinture, je remarque l’effort des mecs quand il baise. C’est très épuisant et demande beaucoup de force, surtout dans les cuisses. Chapeau bas à tous les hommes.

Nous finirons la soirée autour d’un verre de champagne et de bonnes discussions. Merci à Maître PLS pour la soirée et à mes amis pour leur confiance.

Vous pouvez visionner la vidéo de nos jeux lesbiens sur ONLYFANS et MERCIFANS.

3 comments

  1. Le plaisir extrême que le plaisir offert par la pénétration d’une femme à une autre femme…….My Dream

    Je rêve de te sentir en moi…
    Romane

  2. Merci pour ton récit très érotique . le début, c’est soft, c’est bon. Même si j’aime voir du BDSM, c’est la fin de la formation qui m’inquiète. Depuis que j’ai vu tes photos BDSM avec des crochets de boucher plantés dans le dos, je suis perplexe . je crois que je me contenterais de BDSM plus soft comme chez KINK. Difficile de trouver le juste milieu. Vous vous connaissez. Doit on fixer des limites noir sur blanc ???? Dans beaucoup de pays, une limite claire c’est pas de sang. Est ce qu’un état doit imposer des lois dans des domaines qui doivent rester purement privés ???? A partir du moment où un Maître commence à diffuser sur le web, il va être obligé de poser ses propres limites si il veut continuer son activité en toute tranquillité . Vaste problème : qu’est ce qui est du domaine du privé ??? . Pour en revenir à cette super soirée, Merci à Adeline et à ses amis de nous faire connaitre le début d’une relation Maître / Soumise.

Les commentaires sont fermés.

Translate »