5 résultats affichés

  • Promo !

    682 – Quatrième séance de domination pour ma soumise Hinatou (32’18”)

    4.99

    Hinatou me rend visite pour poursuivre son éducation. Dans mon rôle de Maîtresse je lui réserve un programme bdsm plus relevé que les précédents. Des pinces en bois et en plastiques (plus dures à supporter), des fessées avec cravache, fouet et martinet, ainsi qu’une dilatation anale.

    Je joue avec Hinatou, qui prend son plaisir à être livrée et délivrée à mes envies.

    + de 32 minutes de domination !

    Découvre le teaser du film:

    Ajouter au panier
    Vue Rapide
  • Promo !

    9024 – Troisième séance de domination avec ma soumise Hinatou (42’13”)

    4.99

    Hinatou est prête à se livrer corps et âmes pour une  troisième séance BDSM. Je me réjouis de m’occuper de ma soumise, surtout que j’ai bien préparé le scénario. J’ai envie de la surprendre et lui procurer de nouvelles sensations fortes. C’est presque plus stressant de jouer le rôle de la Maîtresse que de la soumise, car c’est à moi de gérer les jeux, d’assurer que ça se passe bien, de faire monter les plaisirs et surtout de garder un fil rouge. Il ne faut pas que la tension retombe ou que ma soumise ne puisse s’ennuyer pendant la séance, qu’elle ait des frissons sans que je la fasse trop souffrir respectivement sans qu’elle subisse des pratiques trop désagréables.

    J’essaie de créer une ambiance bdsm avec une musique de fond signée Carlos Péron. Une musique qui nous projette tout de suite dans l’univers bdsm et qui garantit des frissons. Je bande les yeux à Hinatou. Par ma propre expérience je sais que de perdre le sens de la vue multiplie les sensations. Je lui pose son collier de chienne. Ces préparations me permettent également de quitter le rôle d’amie pour me transformer en Maîtresse.

    Je demande à ma soumise de se mettre à quatre pattes sur une table basse. La première partie du jeu est une séance de martinet, de cravache et de badine. Je ne me retiens pas. J’ai envie de lui rougir les fesses et de lui procurer des souvenirs en forme de marques sur sa peau. La peau chauffe. Hinatou gémit. Je sais que je peux y aller, car les fessées sont une pratique que l’on arrive à supporter plus ou moins sans problème. Même si ma soumise essaie d’échapper à mes coups, je continue à lui en donner. J’ai envie de la pousser un peu plus loin dans ses limites.

    Après cette entrée en matière je lui pose un nouveau jouet, un crochet anal métallique. Le petit plug introduit dans son cul, je le fixe à l’aide de cordes autour de sa poitrine. Je ne maîtrise toujours pas le bondage, mais pour cette petite attache je m’en sors.

    Je demande maintenant à Hinatou de compter les coups de badine. Le bâton marque bien la peau. Je suis très contente de “mon oeuvre” sur la peau de ma soumise. Elle ramènera quelques souvenirs de mes coups et de mes fessées sur ses fesses.

    J’enlève le crochet anal et je demande à ma soumise de se remettre sur les genoux. Je lui pose un bâillon en forme d’os pour la transformer en vraie chienne. C’est la partie durant laquelle je m’occupe de ses seins.

    Je chauffe d’abord sa peau avec quelques coups de martinets. Je ne tape fortement que sur ses fesses, car les seins sont beaucoup plus sensibles. Hinatou se tord, gémit, essaie de reculer sous mes coups. Cela me provoque une sensation de satisfaction. J’aime gérer la situation et malmener ma soumise. Mon (petit) côté sadique, que je découvre, va encore s’accentuer quand je demande à ma soumise de se coucher sur le dos pour faire couler de la cire chaude sur ses seins.

    Je sais que sur les seins c’est plus dur à supporter. Quand Hinatou montre clairement qu’elle souffre je laisse couler la cire chaude sur sa peau meurtrie. Est-ce que je ne serais pas entrain de me transformer en dominatrice maléfique ? Et ce n’est pas fini, car ma soumise a encore droit à une dilatation anale extrême.

    Je lui ouvre son cul pour faire entrer un plug gonflable. Une fois à l’intérieur je prends le temps de le pomper. Petit à petit je fais grandir le plug. C’est assez compliqué à gérer, car on ne voit pas la taille du plug depuis l’extérieur. Je l’ai déjà utilisé pleins de fois sur moi-même, mais en l’utilisant dans mon cul je sens la sensation et à quel point il me dilate. Je sens quand je dois m’arrêter. Sur Hinatou je ne peux que le deviner. Je l’observe en essayant de deviner le moment où je dois m’arrêter. À un moment donné je stoppe le gonflage du plug et je demande à Hinatou de pousser le plug en dehors de son cul. Elle a de la peine.

    Est-ce que je n’étais pas trop loin ? Au cas où, je peux facilement dégonfler le plug, mais j’ai envie de voir sa taille. J’aide Hinatou à “accoucher” du plug, et le voilà ! Pour ma plus grande surprise, je l’ai gonflé jusqu’à un diamètre très impressionnant. Bravo ma soumise d’avoir supporté et surtout d’avoir réussi à le faire ressortir. Afin qu’elle puisse aussi voir le diamètre, je lui enlève juste un petit moment le bandeau qui lui cache la vue.

    Pour le final, je remplace le gros plug gonflable avec un plus petit, et je fais jouir ma soumise encore toute émoustillée par la séance de soumission avec mon vibromasseur.

    Je lui réserve une dernière surprise bien humide. Comme elle a toujours les yeux bandés, elle est surprise de se faire asperger de mon jet d’urine. Je me suis bien retenue jusqu’à maintenant et je lui offre une vraie fontaine. Ce geste très humiliant pour ma soumise me remplit de satisfaction.

    J’ai vraiment pris mon pied pendant cette séance BDSM et j’ai adoré mener les jeux de soumission et garder le dessus sur ma soumise. J’enlève son bandeau et Hinatou me rassure de suite qu’elle a beaucoup apprécié la séance de soumission. Quelles émotions pour elle et pour moi. Merci pour sa confiance !

    Je ne crois pas que je vais me transformer en femme dominante, mais avec ma complice Hinatou je veux bien poursuivre cette expérience. À suivre …

    Découvre le teaser du film:

     

    Ajouter au panier
    Vue Rapide
  • Promo !

    9023 – Deuxième séance de domination de ma soumise Hinatou (33’54”)

    4.49

    Lors de la première séance de domination avec ma soumise Hinatou, j’étais très nerveuse et pas sûr de moi. Je crois que ça se voit sur la vidéo quand on le sait. J’ai remarqué plusieurs petites erreurs de ma part que j’ai bien retenu pour ne pas les reproduire. Ce n’est pas si simple de maîtriser les jeux.

    Malgré mes petits faux-pas de débutante dans ce domaine, Hinatou avait adoré cette première expérience, car je lui avais procuré des sensations très fortes. Elle m’a demandé la suite des jeux BDSM et j’ai bien sûr dit oui. Pour cette deuxième séance, j’ai bien réfléchi sur ce que je vais faire et j’ai noté dans ma tête les choses à éviter, comme les attaches avec des cordes par exemple, quand on n’est pas spécialisée dans le shibari.

    Pour changer de cadre et de jeux, je décide de ne jouer pas dans la chambre à coucher comme la dernière fois, mais au salon dans lequel j’ai installé des chaînes contre les escaliers, pour attacher ma soumise en position debout. Afin de ne pas m’emmêler à nouveau avec des cordes, j’ai prévu des attaches aux poignets en cuir. Elles sont spécialement faites pour des suspensions, car elles possèdent une barre à l’intérieur d’un gant à laquelle on peut se tenir. Même dans la contrainte du BDSM, c’est hyper confortable de se retrouver attaché.

    Afin de ne pas gâcher la surprise de mes jeux BDSM, je cache mes préparations à ma soumise Hinatou. Je l’accueil à l’extérieur, où je lui bande les yeux. Je lui mets son collier, sa laisse de chienne et je lui demande si elle est prête. Elle me confirme avec un grand sourire. Cette fois, je n’oublie pas non plus de lui rappeler les codes. Quand une pratique commence à être insupportable, c’est “orange”, quand elle veut qu’on stop tout, c’est “rouge”. Allez, c’est parti.

    Dès que je guide Hinatou dans le salon et que je l’attache à la chaîne, je me sens plus sûre et plus confiante en moi. Aujourd’hui je sens que je vais assurer et cela me fait sourire intérieurement. Je suis heureuse et impatiente de faire découvrir à ma soumise ce que j’ai préparé.

    Je l’attache d’abord face contre le mur pour lui offrir une petite séance de fessées. À mains nues, je varie les claques avec les caresses. J’y vais assez fortement. Je sens que sa peau chauffe, devient rouge et commence à brûler. À un moment donné, j’ai moi-même mal aux mains. Hinatou semble apprécier que je chauffe sa peau et les caresses la font frissonner.

    Je lui introduis un plug à queue de cheval dans son cul avant de la tourner contre moi. Je lui torture les seins avec mes doigts et mes ongles. Hinatou est très réceptive et sensible. Elle commence à gémir et à souffrir entre mes mains. Je m’assure toujours que ce ne soit pas trop fort mais pas trop doux non plus. Je crois que j’ai trouvé le juste-milieu. Quand je lui pose les pinces à chaînes sur ses tétons, je sens que c’est limite. Je connais très bien ces pinces et je sais qu’elles peuvent être assez dure à supporter, même qu’on s’y habitue après les premiers instants. Le plus douloureux sera quand on les enlève, mais ma soumise ne le remarquera qu’à la fin de la séance !

    Je lui laisse les pinces sur les tétons et je lui introduis en plus du plug anal toujours en place mon lush, mon oeuf vibrant, dans la chatte. Hinatou se retrouve ainsi rempli des deux trous et dans sa chatte ça vibre. Cela lui fait un effet de fou. Quand je rajoute mon vibromasseur sur son clitoris, elle explose carrément ! Elle gicle et en même temps que son jus, elle éjecte aussi le plug anal. C’est un vrai lâcher-prise. Je souris. Je suis trop contente d’avoir réussi à faire jouir ma soumise d’une telle manière. C’est extrêmement auto-satisfaisant.

    Après cette inondation j’enlève l’oeuf vibrant de sa chatte et je lui pose des pinces avec des poids aux lèvres de sa chatte. Cela la fait gémir à nouveau. Mmmmh, qu’est-ce que j’adore cette réaction.

    Pour les prochains jeux je dois enlever ses habits à Hinatou. Je la détache pour la guider sur un pouf sur lequel elle doit se mettre à quatre pattes. Je sais qu’avec la vue coupée, les bruits et l’odeur de ma préparation vont l’intriguer. Le bruit d’une boîte de laquelle je sors une bougie, une allumette, l’odeur de fumée.

    Quand la première goutte de cire tombe sur les fesses de Hinatou, elle tremble et gémit. C’est vrai que c’est un sentiment très bizarre. Ça pique et ça brûle, même si j’utilise des bougies spéciales qui ne vont pas abîmer la peau. Elle se tortille sous la chaleur de la cire. Cela m’amuse beaucoup. Je ressens comme une sorte de joie sadique. En fait pas vraiment sadique, car je connais ces sensations et je sais que la douleur se transforme en plaisir. Intérieurement je suis impatiente de passer à la prochaine étape. J’ai connu ça entre les mains de Maîtresse Lylla, et je sais à quel point cela fait frissonner. Après une longue partie de jeu de cire, je refroidis la peau avec des glaçons que je laisse glisser partout sur les fesses entre les cuisses de ma soumise. Elle apprécie et elle frissonne d’excitation et de plaisir. Pour finir je gratte la cire à l’aide d’un couteau. Je sais que la sensation du métal sur la peau est à la fois effrayante et excitante.

    De connaître parfaitement ces sensations pour l’avoir vécu moi-même me permet de gérer au mieux les jeux sur ma soumise.

    Je voulais dilater le cul de ma soumise à l’aide de mon spéculum rond, mais je n’y arrive pas car Hinatou a pris cher la veille et son cul est (un peu) crispé. J’ai de la peine à lui mettre le spéculum correctement en voulant ne pas trop la faire souffrir. Du coup, on laisse tomber et je me contente de lui baiser le cul avec un gode et la faire vibrer encore avec le vibromasseur. Cela la fait de nouveau complètement exploser.  J’adore la voir fondre entre mes mains.

    Je demande à Hinatou de se relever, car il est temps d’enlever les pinces. De retirer les pinces fait plus souffrir qu’en les posant, surtout au niveau des tétons. Ma soumise est très sensible. Désolé ma belle. Pour la consoler, je lui offre un dernier orgasme avec mon vibromasseur, sans contraintes, sans pinces, juste un petit moment de plaisir.

    Je lui fais goûter le jus de sa chatte trempée. Qu’est-ce que j’adore sentir ça. Je suis trop heureuse et contente de moi.

    Et ma soumise Hinatou ? Je lui enlève le bandeau, on s’embrasse et j’attends qu’elle revienne sur terre. Apparemment elle a beaucoup apprécié ces moments hors du temps. Merci ma belle pour ta confiance. Je pense que l’on a encore de belles choses à faire ensemble …

    Découvre le teaser du film:

     

    Ajouter au panier
    Vue Rapide
  • Promo !

    364 – Pinces & gros plug (16’15”)

    2.99

    Si tu aimes les vidéos (un peu) bdsm avec des pinces et des gros plans, tu vas adorer ce petit jeu avec une tendance masochiste. De temps en temps ça fait du bien de se faire un peu mal. Je me pose des pinces sur les tétons et sur les lèvres de ma chatte. Le fait de tirer ainsi les lèvres pour écarter ma chatte m’excite toujours énormément. Je me baise en même temps le cul avec un gros plug. Tout ça me fait tellement jouir que je dégouline de plaisir. Je t’offre une vue de tout près de ma chatte trempée et mon cul dilaté. Tu as presque l’impression de plonger dedans ! (16’15”)

    Découvre le teaser du film:

    Ajouter au panier
    Vue Rapide
  • Promo !

    9010 – BDSM session hard (1h36’55”)

    3.99

    Séance BDSM très hard avec jeux de soumission très poussés. (1h36’55”)

    Ajouter au panier
    Vue Rapide
error: Le contenu est protégé !!
X