Jamais un jeudi coquin sans un vendredi coquin !? Ce n’est pas pour enchaîner les rendez-vous libertins, mais le hasard veut qu’un autre libertin vient me rendre visite ce vendredi midi. En plus aujourd’hui c’est la Saint-Valentin. Je rigole avec Vincent que le beau black que j’ai le plaisir d’accueillir est mon cadeau de Saint-Valentin. Merci chouchou pour ce cadeau.

Beaucoup de personnes me disent que je rencontre souvent des blacks mais je n’ai aucune préférence ethnique. Le choix de mes partenaires se fait selon un feeling, une sympathie, l’expérience, les témoignages sur Wyylde et aussi la disponibilité. J’aime les mecs dominants et sûrs d’eux, plutôt macho pendant le sexe tout en restant gentleman en dehors des jeux. Le hasard veut que les critères que je recherche soient le plus souvent remplis par des blacks. Autre question que l’on me pose par rapport à la taille de la queue, et là encore la taille n’a pas d’importance. L’important est ce que l’on fait avec 😉

Je suis enchantée de découvrir mon « cadeau » de Saint-Valentin, surtout parce qu’il est beau et … grand. Je dépasse souvent mes partenaires quand je porte des talons hauts. Je mesure 1m70 plus 10 cm de talons, ça fait vite très grande. J’apprécie de pouvoir regarder une fois vers le haut pour croiser le regard de mon complice, et quel regard. Quand après les premiers échanges d’usage, nous nous embrassons langoureusement, la chaleur monte rapidement entre mes cuisses. Mon coquin du jour me propose d’aller sur la terrasse en me disant que sera lui donne des idées. Mais de quoi parle-t-il ? Je le saurai vite …

Je commence à le sucer. Sa queue est déjà bien grande et dure. Il me demande de me relever, de me pencher sur la table et il commence à me doigter la chatte. Oh là là, pas trop fort, ma chatte est sensible. Une pensée me traverse l’esprit, s’il continue comme ça, je vais finir par mouiller le sol. Á un moment donné, il fait une pause avec ses doigts pour s’occuper quelques minutes avec sa bouche de mon clito, ce qui fait monter encore plus intensivement la chaleur entre mes jambes. Il remet ses doigts pour me baiser la chatte, et maintenant je ne tiens plus une minute. Après quelques mouvements, je gicle, je laisse tout couler. Pas sur le sol, pire ! Je fais une grosse flaque sur la table. Le mec change et met ses doigts dans mon cul. Il trouve tout de suite le bon point également par cette voie. C’est encore plus intense et je continue à squirter. La table est carrément inondée, et moi déjà épuisée. Quelle entrée en matière.

Je rigole, car c’est une sacrée ouverture des jeux. C’est marrant car en début de semaine, quelqu’un m’a fait la remarque que je squirtais un peu moins ces derniers temps, et depuis hier je n’arrête pas de couler. Dans l’absolu je ne suis pas fontaine et je ne squirte pas facilement. Ce n’est pas non plus mon truc préféré, mais quand on trouve le bon point, ça part tout seul.

Nous nous déplaçons dans la chambre à coucher, où je le suce longtemps et langoureusement. Mmmmmh, sa queue est hyper bonne à déguster. Quand il s’apprête à me prendre enfin avec sa belle queue, je suis déjà toute mouillée et sensible. Il a tendance à caresser mon clito pendant qu’il me baise. Je suis très clito, mais à force de me faire jouir, je deviens presque trop sensible. Je dois le freiner un peu, car il me fait perdre carrément les pédales. Je suis au bord de l’explosion de tous mes sens.

Il m’annonce qu’il a pris des jouets avec et sort un gode. J’ai d’abord le plaisir de le sentir dans ma chatte, mais quand il essaie de me baiser en même temps le cul, je sens qu’il n’y a pas assez de place. Ma chatte commence à être douloureuse. Je propose de changer le jouet de place et de le mettre plutôt dans le cul, pendant qu’il me baise la chatte. Dès que c’est mis en pratique, je sens que c’est beaucoup mieux comme ça.

Il me baise maintenant le cul, tout en laissant le gode dans celui-ci, ce qui me fait une bonne double anale. Mmmmmh, c’est exactement ce que j’aime. Pas en manque d’idées, mon partenaire essaie de me rajouter une troisième chose, la bouteille de lubrifiant qu’il a également amené. Mais elle coince un peu, en n’étant pas toute lisse. Je propose donc un autre gode un peu plus petit pour rajouter encore du volume dans mon cul. Où il y a de la place pour deux, il y a de la place pour trois 😉 Je laisse glisser le jouet à côté du grand gode rose dans mon cul, j’étire un peu les deux objets et j’invite mon coquin à y mettre encore sa queue. Il y arrive. Mon cul est rempli maintenant avec pas moins de deux jouets plus sa queue, une vraie triple anale.

Il continue à me baiser tout en laissant les godes dans mon cul. La chatte, le cul. Je le suce, pendant que je me caresse moi-même. C’est un long moment très intense. Je suis de plus en plus sensible, et je sens aussi mon cul avec le temps, à force de tous ces coups forts. J’enlève les godes et j’offre encore mon cul, sans artifices, à mon hôte, puis je le re-suce avant qu’il ne me baise à nouveau. Après une nouvelle longue baise, il me demande s’il peut me jouir sur les fesses. Oui, vas-y, lâche-toi ! C’est un joli bouquet de gouttes qui décore mes fesses pour la finale.

Je suis cassée, mais heureuse. J’adore ce sentiment de fatigue, de sentir mon corps, d’être courbaturée avec le souvenir de cette folie dans la tête.

Pour le reste de la journée, Vincent et moi ne faisons rien de spécial. Nous nous offrons toute l’année des restaurants, des sorties, des week-ends et nous ne nous laissons pas mettre la pression par la sur-commercialisation de cette fête. Nous nous aimons 365 jours par année, pas juste le 14 février 😉 D’ailleurs, cette fête a en Suisse beaucoup moins d’importance qu’en France. Quand j’étais jeune, je ne connaissais même pas cette coutume (ni Halloween d’ailleurs) !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Translate »